Croyez à l’éléphant Africain

ALEIA-DIGITAL -AFRICAN ECONOMY-SOLUTIONS-TECHNOLOGY

Croyez à l’éléphant Africain


Business
#Africa #Développement #Investissement #Investment

Introduction:

On ne peut nier le progrès que le continent africain a accompli ces dernières années sur tous les plans en adoptant des stratégies en vue de mettre la région sur la bonne voie, mais il demeure durant toutes ces années fidèle à une stratégie de segmentation sectorielle un peu démodée et inadaptée au XXIe siècle. 

 

Le fait que l’économie dans son ensemble en Afrique est pratiquement indifférente au secteur tertiaire, ce qui contraste avec les pays avancés où le secteur des services est l’élément dominant et où les progrès en matière de science des données et d’intelligence artificielle sont tout à fait remarquables. 

 

Nous parlerons aujourd’hui de son état de force ainsi que de son avenir prometteur à condition que ce mouvement soit soutenu par des spécialistes. 

 

ALEIA-AFRICA

I- Continent diversifié, économie non diversifiée:

En explorant toute la tradition historique de ce continent, pays par pays, depuis les Khoisans* d’Afrique du Sud qui étaient jadis les rois du monde jusqu’au sommet de l’Afrique où se trouve ifrikya*, on peut conclure que ce continent n’a pas tiré une véritable fierté de son histoire et que toute sa diversité est gaspillée en vain. 

 

Si vous mélangez différentes traditions telles que Himba*, hausa* et zulu*, vous allez absolument obtenir une œuvre originale. Ajoutons à cela un continent doté de nombreuses ressources telles que le pétrole, le gaz, le diamant et l’or, sans une gestion et des stratégies adéquates, la situation n’évoluera pas.

 

Le continent africain serait l’un des plus développés si les mesures appropriées avaient été prises. 

considérant qu’une bonne gestion et une bonne allocation des ressources sont primordiales et que les investissements doivent être bien répartis entre tous les secteurs, en élaborant des budgets destinés à financer suffisamment chaque secteur et en évitant de se concentrer sur un seul secteur et d’ignorer les autres, ce qui est le cas en Afrique.

 

En optant pour ce type de management, le continent africain perd, au fil des ans, des talents précieux et une jeunesse qui quitte son territoire à la recherche de meilleurs débouchés, mettant de ce fait la zone africaine en difficulté. 

La perte de ces cerveaux censés contribuer au développement et au progrès des nations africaines frustre l’Afrique et la laisse toujours dans un état de dépendance vis-à-vis des autres pays.

II- Les atouts de l’Afrique:

 

L’Afrique continuera à se développer. 

Les taux de croissance touchant tous les aspects de la vie augmentent régulièrement en Afrique ; malgré les chocs extérieurs, l’économie africaine était généralement plus forte en 2020. Avec des taux de croissance allant jusqu’à 8,7 % dans des pays comme le Ghana, la Côte d’Ivoire et le Sénégal, qui sont les moteurs de la croissance africaine, on peut supposer que les choses bougent, mais pas au bon rythme.

 

ALEIA-DIGITAL AFRICAN ELEPHANT-AFRICAN ECONOMY

 

De plus, si on compare la pyramide des âges de l’Europe et de l’Afrique, on constate que l’Afrique a une population jeune. Un instrument précieux pour créer une symphonie de qualité Si les justes politiques et institutions sont en place, cette population peut stimuler la croissance.

 

Cependant, la diffusion des TIC sur le continent, qui remonte à la fin des années 1990, s’est fortement accélérée ces dernières années. Avec des taux de pénétration qui ont atteint 50 % en 2020 pour les régions subsahariennes, l’Afrique est considérée comme le deuxième plus grand marché du monde en termes de nombre d’utilisateurs, mais cette dynamique n’est pas la même sur tout le continent où on trouve de trop fortes inégalités.

En outre, nous observons certaines mesures prises par les gouvernements pour renforcer la puissance de leur pays en termes de technologie et d’infrastructures en adoptant des stratégies qui favorisent l’ouverture aux pays étrangers en vue de devenir un pays producteur et non un consommateur. 

Afin d’optimiser ces exportations, l’Afrique doit prendre des mesures qui aident cette génération de jeunes innovateurs et actifs à exploiter au mieux les ressources afin de renforcer la place de leur continent, tout reste possible puisque la matière première est disponible mais la gabegie demeure la faiblesse de ce continent.

 

III- Le meilleur moment pour investir en Afrique, c’est maintenant:

 

Investir en Afrique est une activité commerciale saine et une stratégie commerciale durable pour les investisseurs étrangers. Les gouvernements des pays avancés et émergents ainsi que le secteur privé doivent profiter de ces opportunités d’investissement rentables et prometteuses en Afrique.

 

De plus, il s’agit d’un continent incroyablement riche en ressources naturelles. Il possède d’énormes réserves inexploitées de gaz naturel, de pétrole et d’énergie hydroélectrique en grande partie sous-exploitée. L’Afrique est l’endroit où il faut être pour les investisseurs qui sont à la recherche d’une jeunesse assoiffée cherchant l’opportunité d’exceller.

 

En outre, le comportement d’un consommateur africain change peu à peu, ce qui modifie le mode de consommation et fait de l’Afrique un marché ouvert à tous les services et produits. 

 

Après tout, l’ampleur des progrès réalisés dans ces pays, qui ne sont pas nécessairement perçus comme de solides destinations d’investissement, a amené les investisseurs à repenser leurs stratégies en tenant également compte de la forte probabilité que l’Afrique soit l’avenir, malgré la stagnation à laquelle elle est confrontée, mais le renforcement et la formation la feront briller comme il se doit.

IV- Entrer en Afrique par les portes d’Ifriqiya:

 

Nous avons choisi comme agence de marketing et de digital de commencer à travailler en Afrique en rassemblant une équipe dynamique pour faire nos premiers pas dans ce pays tout en visant à renforcer le secteur digital et à laisser notre empreinte dans ce domaine non seulement pour obtenir des profits plus élevés mais en croyant que notre devoir est de développer les talents africains.

 

Pour ce faire, nous investissons dans les talents à haut potentiel en Afrique, les formons, les faisons travailler avec des experts d’Amérique du Nord et d’Europe. Jusqu’à présent, nous ne répondons pas à nos attentes. Nous sommes bien au-dessus !

 Notre équipe africaine se développe rapidement et ses compétences sont impressionnantes. Nous déchiffrons le code et sommes fiers d’avoir un impact positif sur cette région.

 

Yacine HANAYA, notre fondateur et CEO, est né et a grandi en Europe, et a également travaillé en Amérique du Nord et en Asie. En tant qu’entrepreneur en série, il voulait faire plus que simplement diriger ou vendre une entreprise prospère. Il était fier de son héritage africain et voulait que le monde partage sa vision et voit le potentiel de l’Afrique. Nous sommes convaincus que la pauvreté n’est pas une fatalité et qu’investir dans les talents africains pourrait changer la donne pour l’Afrique et aussi être très rentable à long terme.

 

 Nous sommes convaincus que la pauvreté n’est pas une fatalité et qu’investir dans les talents africains pourrait changer la situation pour l’Afrique et également représenter une source de profits à long terme.

 

  • The Himba* tribe are indigenous peoples with an estimated population of about 50,000 people living in northern Namibia.
  • The Hausa* is a Chadic ethnic group based primarily in the Sahel and sparse savanna areas of southern Niger and northern Nigeria.
  • The Zulu* people are the largest ethnic group and nation in South Africa with an estimated 10–12 million people living mainly in the province of KwaZulu-Natal.
  • The Khoisan*, a tribe of hunter-gatherers in southern Africa. (they were once the largest group of humans)
  • Ifriqiya* was the area during medieval history comprising Constantinos and Aurès.

Partagez cet article :